Stop au racisme et à l’islamophobie dans le JDB ! Il est temps d’affronter Ménard politiquement

Dès son deuxième numéro, le Journal Du Biterrois aura renoué avec le pire des pratiques maurassiennes de Robert Ménard. L’article vilipendant les deux bars du centre-ville est un concentré de stigmatisation, de désignation à la vindicte populaire, de diffamation aux relents racistes et islamophobes.

La violente islamophobie, basée sur des déclarations sans preuves, de cet article n’est pas sans rappeler celle employée pour dénigrer celles et ceux qui se battaient (et se battent toujours) pour endiguer la pauvreté en fournissant des repas sur les Allées Paul Riquet.

Robert Ménard divise, dresse les biterrois les uns contre les autres et comment ne pas voir dans cet article et dans le refus de leur accorder une extension de terrasse, une nouvelle étape dans sa volonté de « chasser les gitans, les maghrébins et les pauvres du centre-ville » ? Gentrifier la ville, faire de son centre un « ghetto de riche », voici la seule vision qu’a Robert Ménard de Béziers et il n’hésitera pas à mettre les moyens de l’agglo à cet effet.

Ce n’est pas pour rien s’il a fait le choix de chasser l’expression des oppositions de son torchon de propagande, ou du moins de la réduire à sa portion congrue. Robert Ménard mène une bataille idéologique intense depuis 6 ans à l’échelle de l’agglo et nous payons la faiblesse de l’affrontement politique qui lui a été opposé.

La question de fond n’est pas de lutter pour que telle ou telle commune ne soit réintégrée dans l’exécutif de Béziers-Méditerranée mais de l’empêcher de se croire au-dessus du Conseil Communautaire et de considérer sa fonction comme un tremplin politique temporairement utile à son couple.

D’autant plus que la crise sanitaire que nous traversons soulève partout de nombreuses interrogations, qu’il est hors de question de laisser à l’extrême-droite.

Services Publics, redistribution des richesses et finalité de l’impôt, relocalisation de l’industrie, nouveaux pouvoirs décisionnaires pour les citoyens… Tous ces débats, qui n’ont pas commencé avec la COVID-19 mais que la crise sanitaire a cristallisé, remettent en cause la logique du capital et doivent être portés à l’échelle des communes comme de l’agglo.

Robert Ménard, qui est le plus grand diviseur commun des politiques libérales, sera battu politiquement si nous sommes en capacité de mobiliser la population sur ces sujets de fond et cela commence par combattre et condamner fermement son racisme et son islamophobie qui sont ses outils de division de prédilection.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s