A Béziers comme ailleurs, l’humain et la santé d’abord !

Mercredi 4 novembre, le juge des référés du tribunal administratif du Montpellier annulait l’arrêté pris par Robert Ménard pris pour rouvrir les commerces dit « non essentiels ». Dans sa logique de communication, le maire de Béziers persiste et signe en annonçant que des employés municipaux seront mis à disposition des commerçants pour livrer les achats.

Quand bien même la situation des commerçants est injuste et la concurrence des grandes surfaces déloyales, le maire de la quatrième ville la plus pauvre de France ne semble pas avoir le sens des priorités, ni même de la réalité sanitaire.

Alors que la propagation de l’épidémie est exponentielle dans le biterrois, alors que le dogmatisme ultra-libéral du gouvernement lui a empêché de tirer le moindre enseignement de la situation ayant amené au confinement de mars dernier, l’urgence est la mise en protection des populations par la seule solution que nous avons : un re-confinement plus strict doublé d’une politique massive de test aux résultats rapides et de la mise à contribution des profits du capital dans l’économie réelle.

Que doit-on comprendre dans un tel changement d’attitude ? Que les sommes injectées dans le tissu économique (hors compétence municipale et en complément de celles injectés par la Région et l’Agglo) n’ont servi à rien ? Que le maintien de l’essentiel de la programmation estivale (ersatz de Feria, décorations et animations en centre-ville…) n’a pas eu les retombées nécessaires dans les commerces de l’hyper-centre ? Pourtant votre communication outrageuse nous a prétendu le contraire tout l’été ! Sinon, la commune n’aurait-elle plus les moyens financiers d’une telle politique ? Où bien ne serait-ce que de la communication politicienne, tendance poujadiste, avant les échéances départementales et régionales ?

Alors en effet, on prend moins de risques de se faire contaminer dans un petit commerce que dans une grande surface, mais on en prend encore moins en limitant les déplacements de population. J’ai du mal à trouver de la cohérence entre le Robert Ménard de mars dernier, instaurant un couvre-feu allant plus loin que les mesures gouvernementales (pendant lequel un homme est mort dans une intervention de la Police Municipale) et distribuant des masques massivement à la population entre autres, et le Robert Ménard du re-confinement.

A l’image d’Emmanuel Macron, Robert Ménard a fait le choix de l’économie au détriment de la santé et au final nous sommes perdants sur les deux tableaux. Bonnet blanc et blanc bonnet, leur fanatisme et leur aveuglement dans un ultra-libéralisme mortifère nous envoient droit dans le mur, alors même que la situation économique de la ville était déjà très dégradée avant la crise sanitaire.

Le commerce de notre ville se meurt car le pouvoir d’achat des biterrois est parmi les plus faibles de notre pays et c’est là que doit être la priorité de la commune et de son maire. Il est urgent de redonner les moyens au CCAS (que Couderc puis Ménard ont asphyxié) et d’élargir son champ d’action au niveau où la situation de la ville l’exige. Plutôt que de mettre les agents municipaux au service des commerces, il est urgent de venir en aide aux associations de solidarité qui continuent, au péril de leur santé, de distribuer toujours plus de repas aux plus précaires de Béziers, en ne comptant bien souvent que sur leur volonté et détermination.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s