Compte Rendu du Conseil Municipal du 6 février 2021

En raison de indisponibilité de la salle Zinga Zanga (devenu centre de vaccination), le Conseil Municipal s’est tenu au Palais des Congrès. Afin que le public puisse y assister, il s’est tenu hors horaires de couvre-feu, à 9h. Normalement et sauf nouvelles dispositions nationales, le prochain CM aura également lieu en public.

40 points étaient à l’ordre du jour, voici les principaux (l’ordre du jour complet et l’exposé des dossiers sont disponibles à la demande.

Réaménagement des Allées Paul Riquet (dossiers 1 et 2)

Le projet en quelques mots : 10 millions d’euros pour refaire les Allées Paul Riquet (dallage en marbre et végétalisation autour des platanes), plus installation d’un dispositif permettant la tenue d’un spectacle de lumières. Le tout confié à l’architecte paysagiste qui a refait la place Jean Jaurès et qui conçoit ce projet dans sa continuité.

Je n’ai rien contre ce projet en lui même, par contre il témoigne bien de l’hypocrisie et du sens des priorités de Robert Ménard. Lui qui n’a que le mot « austérité » à la bouche, comme un bon petit soldat des logiques libérales qu’il est, n’est jamais avare de moyens quand il s’agit de rénover son pas de porte, l’hyper-centre qu’il entretient au détriment des autres quartiers. J’ai pointé cette hypocrisie, rappelant au passage l’état déplorable et en attente de travaux urgents d’une grande partie des quartiers périphériques.

Je n’ai pas manqué de souligner au passage que ces millions supplémentaires pour refaire les allées Paul Riquet, démontraient que sa décision de priver les syndicats de subventions était le fruit d’une volonté politique et non d’une obligation de gestion. C’est Emmanuelle Ménard, députée, qui est intervenu vivement sur mes propos, me demandant s’ils voulaient qu’ils déménagent (voir ML du 7 février) et surtout considérant que la rénovation des allées, dans la période était plus utile que les syndicats !

Donc pour les Ménard, les licenciements massifs, les destructions d’emplois, l’appauvrissement général et les atteintes graves aux libertés engendrées par la gestion du capital de la crise covid nécessitent de refaire une promenade plus que de soutenir les syndicats ! C’est vraiment l’expression d’une extrême-droite issue et représentant les intérêts d’une bourgeoisie méprisante, hors du besoin et déconnectée de la réalité. Ces gens m’écœurent, m’indignent et me révoltent au plus au point. Ils ne cesseront jamais de conforter mes idéaux et mes valeurs.

Au passage et après avoir insisté lourdement, Robert Ménard a reconnu que la grande roue n’était pas prévu dans le projet de renouvellement mais que cela ne coûterait rien aux biterrois de l’enlever (en dehors des 2 millions d’euros de travaux dépensés pour permettre son installation). Je suivrai ça de très près, n’ayant aucune confiance en ces dires.

Mise en DSP du Parking De Gaulle (dossier 3)

Sans débat et comme si c’était une évidence, le Conseil Municipal vote une nouvelle fois la logique de privatisation des équipements de la commune. J’ai voté contre, ainsi que Huc et Resplandy, l’élu EELV/FI s’est abstenu car il est contre les voitures (mais ne semble pas Gene par la privatisation). Robert Ménard refuse de rentrer dans le débat suite à mon intervention sur la capacité et la nécessité du service public communal pour reprendre en main le stationnement, véritable calvaire des résidents du centre-ville.

(Ré) Adhésion à l’Association des Maire de France (dossier 4)

En 2015 suite à une prise de position contre les crèches en mairie de l’AMF, Robert Ménard décidait de quitter l’association nationale et départementale. Le Conseil Municipal vient d’acter le retour au bercail en catimini. Suite à une présentation sommaire où n’était même pas évoqué le départ de l’association (l’impression était donné que Béziers n’avait jamais été membre de l’association), il a fallu que je fasse un petit rappel historique. Robert Ménard nous a alors avoué que la raison profonde du départ de l’AMF était du à un sentiment de trahison de la part d’un François Baroin (Président en 2015) dont il connaissait bien le père. Comme la politique tient à peu de choses chez les Ménard !

Acquisition des locaux du Rouge Gorge à Bourbaki (dossier 12)

Suite à la cessation des activités agricoles, la Mairie récupèrent les locaux pour en faire le lieu unique de conservation du matériel municipal. Je n’ai pas tiqué sur le coup mais je repense à un article de la pieuvre pointant la difficulté de trouver ou entreposer la grande roue. Il y a t-il un lien avec le rachat de ces locaux ? Je m’en veux de ne pas avoir fait le lien en séance, j’ai posé depuis la question par mail à Robert Ménard.

Recrutement de vacataires, RIFSEEP (dossiers 19 et 22)

Robert Ménard est un fervent pourfendeur du statut de la fonction publique, je repartage en lien l’excellent dossier réalisé par VISA 34 sur le sujet l’an dernier. Le dossier 19, portant sur les recrutements de vacataires, en est une illustration de plus. Il ouvre ni plus ni moins la possibilité de recruter n’importe quel poste en vacation (sauf la Police Municipale), allant plus loin que la Loi de Transformation de la Fonction Publique, plus loin qu’Emmanuel Macron. Le RIFSEEP, dossier 22, renouvelle un système très opaque de prime « au mérite », j’ai réaffirmé mon opposition et proposé plutôt d’augmenter les salaires. La seule réponse de Robert Ménard fut de dire que le dernier rassemblement n’a pas été très suivi. Il y a encore un mois, il répondait que les agents municipaux ne s’étaient jamais mobilisés. Petit par petit le rapport de force avance, plus que jamais je soutiens les agents municipaux mobilisés contre la perte de 15 heures de congés payés. J’ai été une fois de plus le seul à voter contre et le seul à ne pas voter pour ces deux dossiers.

Opération « Mon premier dictionnaire » (dossier 22)

Joseph Francis, ancien Président de l’ASBH et candidat malheureux aux dernières sénatoriales avec le soutien inavoué de Robert Ménard, préside une association qui distribue des dictionnaires aux enfants de CP. Chacun de ces dictionnaires comportent un préambule écrit par Robert Ménard, si j’ai évidemment voté pour ce dossier, j’ai néanmoins alerté sur la teneur de cet écrit à l’orée d’une période électorale. Je serai vigilant.

Modification des statuts de la SCIC Béziers sport (dossier 39)

La plus belle démonstration du mépris de Robert Ménard pour le Conseil Municipal (ce qui semble, pour la majorité des élus, ne pas poser de problèmes). Pour rappel, la « SCIC Béziers Sport » est une société mixte créée par la ville, ouverte aux associations sportives et aux entreprises, comme un outil de financement du sport Biterrois. Je m’étais abstenu sur sa fondation en septembre 2020, trouvant l’opération très opaque. En toute modestie, j’ai eu du nez.

En fait de modification des statuts, il s’agit à la fois de sacrément diminuer le capital social (de 50000€ à 18500€ !) et d’acter le départ de nombreux acteurs de la société, et pas des moindres ! Exit l’ASBH, l’ASB foot, les chameaux de Béziers (triathlon), le BMC (cyclisme), l’ASB pétanque et les sociétés Altea, Team One et Grand Sud Auto. Cette SCIC est devenue une coquille bien vide, témoignage de l’échec cuisant de la politique sportive de Robert Ménard (dont les atermoiements estivaux de l’ASBH ont été un révélateur).

En séance, Robert Ménard a refusé de donner d’autres explications que celles, insuffisantes écrites dans le rapport. Je doute que cette modification, qui ressemble à une désertion en règle du sport Biterrois (pour rappel le Volley-Ball et les équipes des Cheminots ne sont pas non plus dans le projet) plutôt qu’à une « diminution du capital social pour rendre la société plus accessible ».

En guise de réponse aux questions, il se contentait de faire répéter cette phrase à Marc Valette (ancien adjoint au sport de Raymond Couderc, qui suppléait un Gérard Angeli absent) dans un rôle de perroquet profondément irrespectueux de l’opposition et dégradant pour l’élu qu’il est. S’il l’accepte, c’est son problème. N’acceptant pas d’être pris pour un lapin de six semaines, j’ai voté contre.

BONUS : quel est l’âge du capitaine ? (dossier 40)

Dossier rajouté quelques jours avant et portant sur une modification des statuts de Viaterra. La seule modification est la modification de l’âge maximum pour en être le président afin que Robert Ménard, qui aura plus de 70 ans en fin de mandat, puisse la présider. J’ai fait remarquer que depuis qu’il était président de l’Agglo, il voulait diriger le maximum d’organismes possibles. Comme un certain Raymond Couderc en son temps…

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s